robots.txt User-agent: * Disallow: /contact.html
Accueil
Tango Lille - Alain et Lune

Danseurs et professeurs de Tango Argentin 

 Lune et Alain

 Tango Argentin         Lille & Valenciennes

S'agit-il d'un jeu ? D'une étreinte ? D'une histoire ? D'une berceuse ? D'un combat ? D'une formule mathématique ? D'une technique ? D'une union ? D'une entente ? D'un accord ? D'un choix ? D'un mouvement ? D'un corps ou de deux ?
Le tango argentin, c'est avant tout une histoire de partage... C'est ce que l'on nomme une danse sociale... Un échange à deux où l'on s'abandonne l'un à l'autre. Le mouvement dansé est un prétexte à une recherche de connexion intense et parfaite entre deux personnes, parfois inconnues.  C'est comme se raconter une histoire au creux de l'oreille, mais sans les mots. C'est comme enfin oser aimer dans la bienveillance et l'écoute mutuelle...
Le danseur de tango vit dans l'instant. Il ne pense pas à avant, il ne pense pas à après. Il se tient debout et fier, il ose. Il ose se confronter à l'altérité du présent, à la présence d'un autre dans son espace vital ici et maintenant. Pas de place au passé et au futur quand on doit convenir du corps de l'autre dans un espace restreint... Il lui ouvre les bras, il l'embrasse (ce qu'on appelle l'Abrazo en espagnol, le câlin) et c'est à deux que s'écrit une nouvelle histoire improvisée. Éphémère histoire, à l'image de sa propre existence. La musique y a un rôle primordial ; la connexion ne peut se faire sans l'écouter, et plus qu'écouter, il s'agit de l'entendre au plus profond de soi, de l'entendre avec le cœur afin de s'accorder à deux sur ce qui nous fait danser. Dans le tango argentin, "chaque mouvement entre par l'oreille, passe par le cœur et se prolonge jusqu'aux pieds." (Citation de Dany 'el Flaco' Garcia : source)  C'est un échange invisible, qui se ressent plus qu'il ne se voit. Ineffable... Danser le tango, c'est créer une bulle autour de soi avec l'autre. C'est rejouer le mythe des androgynes : la fusion parfaite...
Le tango contrarie nos besoins matériels ; il règle notre vie sur un autre espace-temps : celui de la joie. Le danseur de tango ne consomme pas (du moins, pas plus loin qu'au bar), il danse. Il vit pour danser, il danse pour vivre. La joie d'une rencontre et d'un abrazo magique et le désir ardent de le revivre rythme son quotidien. Si je danse, je ne peux faire que danser, je ne peux faire qu'être avec l'autre. Je ne peux plus me cacher derrière mes compulsions  ; je ne peux que m'offrir.   

Le tango vu par les élèves d'Emotions Tango :

Alain et Lune : Finalistes au championnat Européen de Londres en avril 2019...